QR code, I 😍 you

Qualifié de « révolutionnaire » à son lancement dans les années 90 au Japon, on ne peut pas le nier : le QR code a fait un flop en Europe. Il est très souvent cité dans le top 3 des pires innovations Marketing de ce siècle. Aïe !
Le rachat par Snapchat du générateur de QR code « Scan me » et plus largement son utilisation exponentielle par les réseaux sociaux laissent cependant penser qu’il n’a peut être pas dit son dernier mot. Avant de clamer haut et fort « it’s really back », nous avons essayé de comprendre ce qui n’avait pas pris il y a 10 ans et les raisons qui pourraient changer la donne dans les 10 ans à venir.
Pour cela, nous sommes allés fouiner dans les archives de campagnes de l’époque (à déconseiller à tous les créatifs sensibles !), et nous sommes aussi dépêchés de l’autre côté du globe, en Asie, où nos collègues de Mano Shanghaï nous ont démontré la puissance de ce code 2D.

Revenons à ces débuts en Europe. Dans les années 2000, le QR code a commencé à envahir nos magazines, abris-bus et autres espaces médias. Les marques nous proposaient alors, de façon plus ou moins attractive, de « flasher » des carrés mouchetés pour découvrir du contenu de marque… très rarement à la hauteur. Et oui, on tient ici une des premières raisons de l’échec. Les marques ont démontré très vite un fort engouement pour cette innovation marketing mais, trop pressées, pas assez ambitieuses ou encore trop frileuses, elles l’ont traité en gadget. Non, mesdames les marques, flasher un QR code pour arriver sur une home page classique de site internet n’est pas une expérience marquante… et en plus, fait souvent perdre plus de temps que de rentrer une adresse web manuellement. Alors, où se cache sa valeur ajoutée ? On vous le demande.
Certains se sont aventurés vers des expériences plus utiles : découvrir un code promotionnel, obtenir une invitation… mais tout de même assez limitées. A cette mauvaise utilisation s’est ajoutée une sur-utilisation. Une utilisation pour tout et partout… même dans des endroits improbables.

Le QR code a très vite été vus comme inutile et polluant. Bref, rien de révolutionnaire !

Par ailleurs, on vous rappelle que nous sommes dans les années 2000. Les premiers téléphones intelligents sont à leur début – Pour rappel, l’iPhone a été lancé 2007. La relation avec nos smartphones reste fragile et l’utilisation de leurs extra-pouvoirs est limitée : la question de la sécurité des data nous hante. Alors, vous imaginez, flasher une petit bête pour accéder à un contenu mystère… Même pas la peine d’y penser ! Nous n’étions pas prêts.

Bien d’autres raisons sont à la source de ce raté marketing. Mais, nous tenons là, celles qui pourraient aussi changer la donne.

Dans un quotidien où l’interaction avec les autres est décomplexée, où les marques investissent dans le brand content, où les technologies n’ont plus de limites, où les formats de communication ne cessent d’évoluer et, surtout, où le smartphone est une extension de nous, le QR code peut devenir « in ». Et d’ailleurs, il suffit de vivre quelques jours à la mode chinoise pour finir d’être convaincu.
Le QR code est aux Chinois, ce que la baguette est aux Français… Ils ne peuvent pas s’en passer. Le QR code est inscrit dans tous les instants de leur quotidien : avec Alipay, ils règlent leurs achats via un QR code ; sur WeChat, ils se connectent à de nouveaux amis en envoyant un QR code portant leur identité ; leurs places de cinéma se dématérialisent en QR code ; il leur suffit d’un flash code pour louer un vélo ; ils s’inscrivent à des activités simplement via un flash QR code… les interactions sont multiples et les possibilités semblent infinies.

Loin de nous la volonté de prédire l’avenir, mais après l’uberisation, nous pourrions vivre rapidement une QRisation de notre quotidien.
PS : L’envie était grande de générer un QR code personnalisé à la fin de cet article… Mais, 90% de nos lecteurs nous lisant sur leur smartphone, flasher un QR code d’un smartphone sur un smartphone n’a pas été jugé très user-friendly. Nous nous retiendrons donc.

En bonus, 2 campagnes QR code réussies :
Playing card de Spotify
Secret behind paintings du National Museum in Krakow
N’hésitez pas à partager sur notre page facebook vos campagnes QR code les plus marquantes.

Répondre

Navigate